Vous êtes ici

Dernières parutions

DECLARATION DE Dr Natalia KANEM, Directrice Exécutive de UNFPA

Déclarations et déclaration

12 Août : JOURNEE INTERNATIONALE DE LA JEUNESSE

Déclaration de Dr Natalia KANEM, Directrice Exécutive de UNFPA

**************************

Les jeunes ouvrent la voie dans la lutte contre la COVID-19

 

 Alors que nous célébrons la Journée internationale de la jeunesse en pleine pandémie mondiale, nous sommes témoins des efforts mis en œuvre par les jeunes pour résoudre les problèmes auxquels sont confrontées leurs communautés. Agents de santé, militants, innovateurs, travailleurs sociaux et communautaires : mobilisés à travers le monde entier, les jeunes sont en première ligne de la lutte contre la pandémie de COVID-19.

Pour atteindre et impliquer les jeunes pendant cette pandémie, nous devons partager avec eux les informations dont nous disposons, clarifier les informations erronées qui circulent et leur donner les outils nécessaires pour leur permettre de lutter contre la propagation du virus. Nous devons appuyer leur mobilisation et défendre leurs droits fondamentaux.

 

L’UNFPA, l’organisme des Nations Unies chargé des questions de santé sexuelle et reproductive, a pour mission d’écouter les jeunes et de les inciter à participer de façon constructive à la prise de décisions les concernant. La semaine dernière, l’UNFPA a lancé la conversation mondiale #YouthAgainstCOVID19. Cette campagne encourage les jeunes du monde entier à mettre en ligne les vidéos de leurs actions de lutte contre la pandémie et à expliquer comment ils ouvrent la voie au nom de leurs communautés.

 

Les conséquences de la pandémie sont désastreuses pour les jeunes, qui voient leurs droits et leurs choix considérablement réduits par la perte d'accès à l’emploi, à l’éducation et aux services essentiels, notamment aux services de santé sexuelle et reproductive. Les jeunes femmes et jeunes filles sont particulièrement vulnérables.

 

À l’heure où le monde cherche à mieux se reconstruire, nous devons assurer l’accès prioritaire des jeunes à l’éducation, aux outils et aux services dont ils ont besoin pour réaliser leur plein potentiel.

Aujourd’hui, il est essentiel que toutes les générations travaillent main dans la main. Ensemble, relevons les défis qui nous attendent, et aidons les jeunes à bâtir un avenir plus inclusif et durable pour tous.

 

Résumé complet

CARTOGRAPHIE DES SOINS OBSTETRICAUX ET NEONATALS d'URGENCE AU TOGO - 2019

Publication

Confronté à une réduction trop lente de son ratio de mortalité maternelle, le Togo a été le

premier pays en Afrique à s’engager en 2013 dans une révision de l’approche à adopter, pour

améliorer le développement en réseau des maternités SONU. L’identification d’un premier

réseau plus réduit de 109 maternités a permis d’augmenter à 25 le nombre de maternités SONU

fonctionnelles, d’y affecter des équipes de sages-femmes, d’introduire avec efficacité le sulphate

de magnésium dans l’arsenal thérapeutique courant et d’augmenter l’utilisation de la ventouse

obstétricale.

 

Le développement récent de nouveaux outils d’aide à la planification, conçus par l’Université de

Genève et adaptés par cette université et l’UNFPA à la question du développement des

maternités SONU, permet d’affiner encore l’efficience de cette démarche et de développer des

indicateurs de couverture de la population du plus haut intérêt opérationnel.

 

A la demande du Directeur Général de l’Action Sanitaire, un atelier de planification a réunit

l’ensemble des six Directeurs régionaux et leur équipe pendant 4 jours afin de revoir le réseau

initial avec l’appui d’AccessMod, un logiciel combinant un Système d’Information Géolocalisé

(SIG) à une modélisation des déplacements de la population. Les participants ont ainsi analysé

leur réseau SONU en fonction de l’activité obstétricale, du personnel présent mais aussi à partir

de données géospatiales et sur les dynamiques de population. Ce travail a permis de revisiter en

profondeur l’ensemble du programme de santé maternelle mais Le premier résultat de ce travail

est remarquable : surtout d’identifier, région par région, le meilleur réseau SONU potentiel,

c’est-à-dire offrant le meilleur compromis entre faisabilité (rendre la maternité fonctionnelle et

offrant des services de qualité) et la couverture de la population.

 

Le réseau initial des 109 maternités SONU du Togo était capable de couvrait 83% de la

population. Le nouveau réseau de 69 maternités en couvre 80%, en une heure de trajet.

Ce résultat est encore théorique. Pour le ministère cela signifie qu’il « suffit » de rendre

fonctionnel 69 maternités au lieu de 109 tout en couvrant la même proportion de population. Le

réseau des 25 maternités SONU fonctionnelles existantes pour le moment couvre déjà 71% de la

population. L’objectif opérationnel est d’augmenter la population couverte à une heure de trajet

par un SONU de 71% à 80%. L’atteinte d’un tel objectif placerait le Togo en tête des pays capable

de couvrir leur population avec un réseau fonctionnel. Il s’agit là d’une première étape qui

semble très à portée de système de santé. Le véritable défi du Togo se porte maintenant sur des

étapes plus avancées concernant la qualité des soins.

 

Pour renforcer la qualité des soins dans ce réseau, il est nécessaire d’affecter le personnel de

santé capable de produire des soins obstétricaux et néonatals, des obstétriciens, des chirurgiens,

des anesthésistes, des infirmières et des sages-femmes. Ces dernières constituent le fer de lance

de la qualité des soins dans une maternité. Il manquait encore 168 sages-femmes dans le réseau

SONU initial. Il n’en manque plus que 65 dans le nouveau réseau SONU, en particulier dans les

maternités SONUB.

 

La présence d’un personnel bien formé et travaillant en équipe permet de réduire les déficits en

fonctions signalétiques. 35 % des maternités du réseau présentent encore des déficits en

fonctions signalétiques, en particulier pour l’utilisation des ventouses, du sulphate de magnésium

et de la prise en charge des réanimations néonatales. Pour les SONUC en particulier, le déficit

d’utilisation de la ventouse est important, tout comme celui de la disponibilité en produits

sanguin.

 

Les groupes de travail ont également mis en évidence des problèmes d’infrastructures, en

particulier pour les maternités SONUB. Elles manquent parfois d’espace pour le post partum, de

laboratoire pour les examens biologiques et d’équipements.

 

Les liens de référence représentent un autre facteur important influant sur la qualité des soins. Il

y avait dans l’ancien réseau 17% de liens de référence ne présentant pas de problème important

et ne représentant pas un coût financier trop important pour la population (liens verts). Ils sont

maintenant 27% de liens verts. Les 2/3 des liens de référence entre les maternités SONUB et

SONUC ne sont donc pas réellement opérationnels ou représentent un obstacle financier

important. Cette question nécessite d’être traitée avec attention, si possible en concertation avec

les autorités locales.

 

Ces informations sont détaillées dans ce rapport régions par région et maternités par maternité

(chapitre IV). Elles permettent de définir la ligne de base d’indicateurs qui peuvent contribuer de

manière importante au suivi du bon développement du réseau. Une fois approuvé par le

Ministère de la santé, ce document doit faciliter le travail de planification des directions

sanitaires régionales pour un développement efficient et mesurable du réseau SONU, une

composante clé du programme de santé maternelle et néonatale.

Résumé complet

RESUME DES RESULTATS 2019

Publication

2019 a été pour tous, staffs et partenaires, une année inoubliable faite de deux célébrations, notamment des @50 ans de l'UNFPA et des @25 ans de la CIPD. Une année également marquée par notre odyssée vers le Sommet de Nairobi qui a été le centre d'analyse de notre cheminement durant les 25 dernières années de mise en œuvre de l’agenda de la CIPD au niveau des pays et de l’atteinte des trois résultats transformateurs.

 

Nous espérons que notre rapport vous renseignera sur les modestes efforts réalisés au cours de l'année en revue aux côté du gouvernement togolais, des associations et réseaux divers et d’autres partenaires en développement. 

Résumé complet

RAPPORT ANNUEL 2019 : LE TOGO en marche vers une DECENNIE D'ACTIONS/TOGO marching towards a decade of actions

Rapport annuel

MESSAGE DE LA R E P R É S E N T A N T E  R É S I D E N T E, Josiane YAGUIBOU

**************************************

Sous l’impulsion de la Directrice Exécutive, Natalia Kanem, le monde entier et la communauté internationale se sont mobilisés tout au long de l’année, pour préparer le Sommet de Nairobi avec la campagne « Je Marche Pour » (#IMarchFor). Les bureaux pays à l’unisson ont témoigné leur soutien incontestable pour l’accomplissement des droits et choix pour tous. Je vous invite à découvrir ces témoignages à travers les vidéos en cliquant sur ces liens :

Baptisée « Année des commémorations », 2019 aura été, pour l’UNFPA, à la fois une année de célébrations et de démarrage d’un nouveau cycle de coopération avec le Gouvernement togolais pour le développement global du Togo et particulièrement, pour le bien-être et l’épanouissement des femmes, des jeunes et adolescentes de ce pays.

Ainsi, à l’instar de la communauté internationale, l’UNFPA au Togo, en parfaite synergie avec le Gouvernement et les Organisations de la Société Civile (OSC), a commémoré avec faste, les cinquante ans d’existence de l’Agence. La célébration de l’anniversaire de l’UNFPA a été un heureux tremplin pour le lancement de l’anniversaire d’argent de la Conférence

Ainsi, conformément à notre mandat et aux mécanismes de partenariats qui caractérisent notre travail, l’UNFPA a pu, tout au long de l’année, apporter sa contribution en vue du renforcement de l’offre de services SSR dans les maternités et les centres de santé sur toute l’étendue du territoire national. Plus encore, la disponibilité des services à l’endroit des populations rurales éloignées a été au cœur de nos préoccupations.

À l’heure du bilan, nous avons la satisfaction morale d’avoir su faire en sorte que « nul ne soit laissé pour compte ». En effet, l’appui à l’offre de services intégrés de SSR, à travers le déploiement de cliniques mobiles d’une part, et l’offre des services de PF par les Agents de Santé Communautaires (ASC) jusque dans les hameaux les plus reculés, ont permis de répondre à cette préoccupation qui fonde, aujourd’hui plus que jamais, l’intervention de l’UNFPA.

Au cours de l’année 2019, la situation des jeunes et adolescents du Togo, en ce qui concerne leurs droits à l’information et aux services de SSR, a fait l’objet d’une attention soutenue de la part de nos partenaires d’exécution, tant du secteur public que du monde associatif. Ensemble, nous avons œuvré durant l’année écoulée à endiguer le phénomène de grossesses précoces ayant lieu dans les milieux scolaires et qui sape le devenir des adolescentes et des jeunes filles togolaises. Le soutien aux infirmeries scolaires et aux centres de jeunes, les campagnes de sensibilisation tous azimuts visant à sensibiliser les jeunes et à les protéger contre ce fléau, ont été d’une grande utilité dans la réalisation de l’objectif visant « Zéro grossesse non désirée », que nous désirons atteindre au Togo.

Le renforcement des capacités nationales pour la production de données statistiques de qualité en vue de la planification du développement constitue également un pilier fondamental du programme que l’UNFPA a conclu avec le pays. Les activités en lien avec le Cinquième Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH5), lancé par le Gouvernement du Togo, et dont le dénombrement général est envisagé pour novembre 2020, ont ainsi eu une place de choix au cours de l’année 2019.

 

Notre défi est connu : celui de terminer le travail inachevé tout en garantissant les droits et des choix pour tous d’ici 2030. Il est temps d’achever cet agenda et nous accélérons la cadence en vue de tenir la promesse faite à nos populations.

Enfin, la lutte pour l’équité et l’égalité de genre, notamment à travers le renforcement du dialogue communautaire, en vue de l’épanouissement avéré des femmes et des filles, surtout en milieu rural, a fait partie de la trame de nos interventions. À ce sujet, les Comités d’hommes s’y sont illustrés de façon impressionnante tout au long de l’année.

Fort des résultats obtenus au cours de l’année 2019, l’UNFPA continuera d’innover pour atteindre les objectifs ambitieux qu’elle s’est fixés. C’est pourquoi, il m’est particulièrement agréable d’adresser mes sincères remerciements à tous nos partenaires d’exécution, tant du secteur public que du domaine associatif, pour leur abnégation et leur dévouement. Les résultats que nous célébrons dans le présent rapport n’auraient jamais été atteints sans leur précieuse contribution.

À nos sages-femmes, qui sont à l’avant- garde de la vie, à nos chargés de suivi- supervision, à nos animateurs, à nos Agents de Santé Communautaire (ASC) disséminés aux quatre coins du Togo, et à toutes les personnes contribuant à améliorer le bien-être des Togolais, j’adresse les gratitudes du Bureau de l’UNFPA, tout en vous encourageant à nouer solidement la ceinture car, sur ce chemin de la lutte pour l’effectivité de la jouissance par Tous, des Droits en Santé Sexuelle et de la Reproduction, point de répit !

 

                                                   Josiane YAGUIBOU

 

 

                                                                                              Représentante Résidente

                                                                                              UNFPA Togo

Résumé complet

SOMMET DE NAIROBI : LES ENGAGEMENTS DU TOGO POUR 2030

Déclarations et déclaration

Nairobi : Togo s'engage à améliorer les efforts consentis en matière de santé, de l’éducation et de la promotion de l’équité – genre d'ici 2030

Avec à sa tête, Mme Demba TIGNOKPA, Ministre de la Planification du Développement et de la Coopération, le Togo, l’instar d’autres pays du monde, le Togo pris part du 12 au 14 novembre 2019 au Sommet de Nairobi sur la CIPD 25 ans après. Avec l’appui de l’UNFPA, une forte délégation togolaise a pris une part active à cette rencontre historique qui requiert de nouveaux engagements des Etats au regard des défis qui restent encore à relever.

La déclaration des engagements du Togo a été faite par Dr Sossinou AWOUSSI, Secrétaire Général du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique.

Résumé complet

LES SOINS OBSTETRICAUX ET NEO NATALS D’URGENCE AU TOGO Une stratégie inédite qui porte des fruits….

Publication

La mortalité maternelle et néonatale demeure un véritable problème de santé publique dans les pays en développement dont le Togo. En dépit des efforts consentis par le Gouvernement togolais et ses partenaires dans le domaine de la santé, la réduction des décès maternels s’impose de nos jours comme un grand défi. En effet, sur la base du ratio de mortalité maternelle de l’EDST 2013-2014 (401 décès pour 100 000 naissances vivantes), il est estimé de nos jours qu’au Togo, au moins 2 femmes meurent chaque jour suite à une grossesse, à l’accouchement ou dans les 42 jours qui suivent. Le destin du nouveau-né est lié à celui de la mère et taux de mortalité néonatale est de 27‰, suivant la même source.

Résumé complet

CIPD 25 ans après : Etat de mise en œuvre au Togo

Publication

Du 3 au 13 Septembre 1994, s’est tenue au Caire en Egypte la Conférence Internationale sur la Population et le Développement (CIPD) avec la participation de 179 gouvernements. Pour une première fois, la Santé de la Reproduction,  les Droits humains, l’égalité des Sexes, ont été évoqués comme des dimensions essentielles du Développement durable. Au Caire donc, il a été promis :

 

  • Qu’aucune femme ne doit mourir en donnant la vie ;
  • un accès universel aux services de Planification Familiale volontaire ;
  • la réalisation de l’égalité et de l’équité entre les sexes ; et
  • l’autonomisation des jeunes.

 

Au Togo, la revue de la CIPD, 25 ans après, révèle que beaucoup de progrès ont été enregistrés.

Résumé complet

20 ANS DE MISE EN OEUVRE DU PA CIPD AU TOGO

Publication

Le plan d’action de la CIPD se fonde sur le défi de réalisation d’un développement équitable et durable. Un des axes de cette réalisation passe par la santé de la reproduction et constitue de ce fait, un pilier de la CIPD au point que l’Assemblée Générale des Nations Unies a approuvé que cet aspect soit une cible additionnelle à l’objectif 5 des OMD « assurer l’accès universel à la Santé Génésique en 2015 ». De nombreux pays s'accordent sur l’approche que la planification de la famille doit être assurée dans le cadre plus vaste de la satisfaction des besoins en matière de soins de santé de reproduction, en particulier ceux des femmes. Dans le cadre de son engagement en faveur des recommandations de la CIPD, le Togo s’est doté d’une politique nationale de la population et d’une stratégie de promotion de la santé de la reproduction et de bien-être des familles. Vingt ans après l’adoption de la CIPD, le tableau indique le niveau d’atteinte des cibles et les efforts à consentir sur période CIPD + 20 et au-delà.

Résumé complet

RAPPORT ANNUEL 2015

Rapport annuel

Au Togo, comme ailleurs, 2015 a été une grande opportunité de faire avancer le mandat du Fonds des Nations Unies pour la
Population (UNFPA) dans l’intérêt des populations de ce pays. L’UNFPA a ainsi su porter avec une réelle efficacité, le processus de la CIPD+20 et accompagner la marche vers
l’adoption du Nouvel Agenda de développement mondial post 2015, les Objectifs de Développement Durable (ODD). Ainsi, grâce au plaidoyer et au dialogue politique constamment
menés, nous avons pu encourager et obtenir une participation nationale de qualité à ces processus dont le couronnement fut la participation des plus hautes autorités togolaises
à l’Assemblée Générale des Nations Unies de septembre 2015 à New York qui a vu l’adoption de ces nouveaux Objectifs.
 
Ce dialogue politique de haut niveau impulsé par notre bureau à l’endroit des autorités publiques a également abouti à l’appropriation nationale de la Stratégie Mondiale 2.0 pour la
Santé des Femmes, des Enfants et des Adolescents (SM2.0). Ainsi, le Togo a soumis à bonne date à la Coordination Mondiale
du H4+ sa Note d’Engagements Politiques et Financiers signée par le Premier Ministre en faveur de la Stratégie Mondiale 2.0.
 
Le Bureau est resté focalisé sur l’accès universel à la santé de la reproduction conformément au plan stratégique 2014-2017 de UNFPA en accordant notamment une importance capitale à la promotion de la
Santé de la Reproduction des Adolescents et Jeunes (SRAJ) dans le pays. En apportant tout le soutien requis à la partie nationale pour se doter d’un Programme National de Lutte contre les Grossesses et Mariage
des Adolescentes, le chemin fut balisé pour le renforcement de l’offre de services de santé sexuelle et de la reproduction à l’endroit des adolescents et jeunes, notamment à l’école, par la relance des infirmeries scolaires.

Résumé complet

PRINCIPAUX INDICATEURS DE SANTE AU TOGO_2014

Publication

La mission fondamentale mais surtout vitale dévolue au Ministère de la Santé et de la Protection Sociale est d’oeuvrer résolument et efficacement à l’amélioration des conditions socio-sanitaires des populations. En conséquence, il est chargé notamment de :
  •  concevoir, appliquer et contrôler la politique nationale de l’Etat en matière de santé publique ;
  • suggérer au gouvernement, au besoin, de concert avec d’autres départements ministériels, les stratégies et programmes d’actions conformes à la politique suscitée.
Les résultats obtenus à travers les différentes activités menées dans ce cadre sont annuellement compilés dans un document intitulé Principaux Indicateurs de Santé. 
Principal outil de décision et de planification pour tous les acteurs qui s’intéressent au secteur de la santé et au bien-être de la population, 
le présent document fournit des informations aussi actuelles que possibles sur la situation sanitaire du Togo en 2014. 
Il s’agit des données opérationnelles sur les programmes et les différents services de santé du pays. 
Il sert également de repère à la politique nationale de santé qui se doit de répondre favorablement aux attentes de la population.
 
Ce document présente les indicateurs traceurs de santé sur la situation sanitaire du Togo au travers de la morbidité, de la mortalité hospitalière, 
de la prévention de la maladie et de la santé de la reproduction.
Les informations proviennent principalement des rapports d’activités des formations sanitaires tant publiques, 
confessionnelles que privées des six régions sanitaires du pays. Les données démographiques et financières proviennent des ministères en charge de la population ou des finances.

Résumé complet

Pages