Vous êtes ici

DES EXPRESSIONS ARTISTIQUES POUR PROMOUVOIR L’EGALITE ENTRE LES GENRES ET L’AUTONOMIE CORPORELLE

Quatre artistes féminines et non des moindres, ont tenu en haleine des invités et jeunes leaders lors d’une soirée artistique destinée à promouvoir l’égalité entre les genres et l’autonomie corporelle. Cette soirée récréative et de plaidoyer tenue à l’Institut Français de Lomé le mardi 29 juin 2021, a été co - organisée par le Fonds des Nations Unies pour la Population au Togo (UNFPA Togo), l’Ambassade de France au Togo et Plan International Togo.  

C’était en présence de DANI Koffi, Directeur de Cabinet du Ministre de l’Action sociale de la Promotion de la femme et de l’alphabétisation, S.E. Madame l’Ambassadeur de France au Togo, Jocelyne CABALLERO, Josiane YAGUIBOU, Représentante Résidente de UNFPA Togo, Awa Faly BA, Directrice Pays de Plan International Togo, du Coordonnateur Résidente du Système des Nations Unies au Togo, Damien MAMA, des députés à l’Assemblée Nationale, des partenaires techniques et financier, des représentants des organisations de la société civile et un nombre important de jeunes filles et garçons mobilisés pour la cause.

Une cérémonie d’ouverture faite d’interventions des officiels, a permis de lancer la soirée qui s’est déroulé en trois tableaux à savoir la prestation de quatre femmes artistes, un panel de discussion entre les jeunes et les quatre dames en scène et un concert de reggae animé par Kezita, une artiste féminine de reggae.

Des textes déclamés par la Togolaise Sélome MENSAH et mis en corps à travers la danse contemporaine par la Béninoise Florence GNARIGO en passant par Mlika la Slamazone du Burkina – Faso et l’expression musicale de kezita, tout était au rendez-vous pour permettre au public de s’approprier le concept de l’autonomie corporelle et de l’internaliser à travers les discussions avec les jeunes présents.

En matière d’autonomie corporelle, le viol a été la forme de violence faite à la femme qui a été mise en avant à travers un film documentaire dont le principal protagoniste est Elsa BAKOLE une activiste, soutenue par Kézita, une artiste de la chanson qui a vécu une violence similaire. Témoignages poignants et des révélations ont caractérisé ce tableau de discussion très riche et qui a levé le voile sur bien des insuffisances à combler tant au niveau judiciaire, de la perception de la société, de la prise en charge des victimes.

Cette soirée a été l’occasion pour le public présent et au-delà, ceux qui l’ont suivie en direct via Facebook live, de se rendre compte de la nécessité de promouvoir l’autonomie corporelle pour permettre aux femmes et aux hommes de pouvoir décider librement de leur corps et de pouvoir dire NON quand il le faut.

Notons que cette soirée a été organisée en prélude au Forum Génération Egalité dont l’ouverture est prévue le 30 juin 2021 à Paris.