Actualités

CAMPAGNE CONDOMIZE ! EVALA 2017

24 July 2017

Depuis 2014, UNFPA appuie le gouvernement togolais dans la promotion de l’utilisation des préservatifs et la lutte contre le VIH et les IST. Pour ce faire, des partenaires impliqués dans la mise en œuvre de cette campagne, saisissent souvent des opportunités de manifestation grand public ou de grande mobilisation sociale pour mener cette campagne. Ainsi, après Lomé en 2014, Kara et Bassar en 2015, Kpalimé puis la Foire Adzafi en 2016, CONDOMIZE retourne une fois encore à Kara pour saisir les opportunités des luttes EVALA , un évènement tradi culturel et de sa foire, qui mobilisent près de 200 000 personnes en majorité des jeunes venant de toutes les régions du pays et de l’extérieur.

 

Organisée par le Secrétariat Permanent du Comité National de Lutte contre le Sida et les IST (SP/CNLS – IST) avec l’appui de UNFPA, cette campagne a pour but de contribuer à la réduction de la prévalence du VIH au sein de la population togolaise surtout jeune, en donnant les messages clés sur la triple protection des préservatifs masculins et féminins afin d’en encourager leur utilisation lors des rapports sexuels.

20 volontaires formés dont 12 jeunes femmes et 8 jeunes hommes, sur fond de slogan « Mets ta Capote, Mon Pote », ont animé cette campagne à coup de chorégraphie, de sensibilisation sur les IST – VIH, d’entretiens individuels, de distribution de préservatifs et de conseils jusque dans les arènes.

Au cours de cette campagne, environ un million de préservatifs masculins et plus de 19 000 préservatifs féminins ont été distribués sur le site de la Foire, dans les quartiers et dans les arènes. Cette campagne a également permis aux jeunes de 15-35 ans d’avoir une meilleure connaissance du préservatif masculin et féminin et d’adhérer à son utilisation. Cette campagne a aussi contribué à créer la demande de préservatifs en les démystifiant.
Notons que la prévalence du VIH dans la population sexuellement active de 15-49 ans au Togo est de 2,5% (EDS 2013-14). Cette prévalence est deux fois plus élevée chez la femme (3.1%) que chez l’homme (1.7%).